Conteur.euse: monarchie de la parole

Déboulonner la posture toute puissante des conteurs sur l'acte de parole. Une parole toute linéaire et sans faille, construite pour se passer de l'apport de quiconque, sinon d'oreilles auxquelles on ne demande qu'être oreille.

Un.e conteur.euse dirige, le temps de sa performance, d'une parole monarchique (du grec "seul" et "pouvoir"); dans certains cas, il est littéralement le seul à pouvoir prendre parole. Une mise en parole qui n'est rien d'autre que cette oralité dont Zumthor dit qu'elle confère à l'auditeur deux rôles: "celui de récepteur et celui (au moins virtuel) de co-auteur". Les conteurs, plus que bien d'autres artistes, entrent en relation avec les spectateurs en ayant la capacité de partager l'auctorialité de la performance. D'en garder le contrôle est ainsi un acte conscient ou une inconscience devant ce geste qui est tout sauf anodin.

Qui est-il pour PRENDRE la parole. À qui la prend-il ?

Voir la vidéo de genèse du projet

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square