Portfolio perpétuel de la codirection artistique de La Quadrature.

Nicolas Rochette

Signature_Contes_Indociles_face_crop.jpg

C'est par les Contes indociles que j'ai posé les fondations de ma recherche à La Quadrature.

À travers la rencontre entre conte et art sonore, Paul, Céline et moi avons bâti un processus de création inspiré des approches conceptuelles. J'ai souhaité relever le défi du conte sonore hors de la facilité de l'immersion à tout prix, du représentatif et du musical.

En quelques années, j'ai eu la chance de réaliser plus

d'une dizaine de projets de contes sonores.

Aujourd'hui je me méfie de la pure voix studio, désincorporée. Le partage d'un espace temps audible m'apparaît comme une clé pour que l'acte politique de communiquer soit horizontal. Je rejoins en cela la pensée du théoricien Brandon Labelle et j'y joins la réticence de Christian Salmon de transporter l'auditeur dans une fiction qui n'a plus prise sur le réel.

L'une de mes créations dans les Contes indociles m'est particulièrement chers. Il s'agit d'une performance collective  et in situ avec les spectateurs de la soirée des Dimanches du conte. Sur un magnifique texte de Kevin Gravier.

Sans compter que ce projet collectif n'aurait pu avoir lieu 5 jours plus tard, lorsque la COVID-19 a mis le Québec sur pause...

La mise en son du spectacle La Ruée vers l'autre de Mafane a été fondatrice. Sur deux ans, nous avons pu explorer et identifier les enjeux du conte par le son.

Ce projet, salué par la critique a aussi permis à La Quadrature de montrer la pertinence de notre démarche.

Avoir fait le choix d'être processus permet de rester, sans cesse, dans l'état de création, de fixer l'essentiel de notre regard sur l'inconnu plutôt que sur l'acquis. Trois ans après avoir réalisé les Contes indociles Les filles de Cassandre avec Céline et gpeur.com avec Paul, le plaisir de reprendre ces récits et de les lancer spatialiser avec le projet Processsus. Audio. Conte.

Je suis un conteur qui conte peu. La perfo, et encore plus la scène, ne sont pas mes lieux de prédilection. J'aime être dans l'état de créer du nouveau et la répétition me fatigue.

Les événements annuels Conte + Forme sont à l'image de notre manifeste perpétuel. Il s'agit d'oser la forme nouvelle, le terrain en friche. Et comme je le disais lors de la première édition "Si toutes les performances de Conte + Forme fonctionne, c'est que nous n'aurons pas été assez audacieux".